Mathématiques, forme littéraire
Séminaire de Philosophie et Mathématiques no. 4  (1996), p. 1-21
@article{SPHM_1996___4_A1_0,
     author = {Nordon, Didier},
     title = {Math\'ematiques, forme litt\'eraire},
     journal = {S\'eminaire de Philosophie et Math\'ematiques},
     publisher = {\'Ecole Normale Sup\'erieure},
     number = {4},
     year = {1996},
     pages = {1-21},
     language = {fr},
     url = {http://www.numdam.org/item/SPHM_1996___4_A1_0}
}
Nordon, Didier. Mathématiques, forme littéraire. Séminaire de Philosophie et Mathématiques, no. 4 (1996), pp. 1-21. http://www.numdam.org/item/SPHM_1996___4_A1_0/

Sur les mots des mathématiques, voir :S. Baruk, Echec et maths, Seuil, 1973, rééd. 1977

S. Baruk, "Article mots", L'écrit du temps, 2, Langues familières, langues étrangères, Ed. de Minuit

R. Etiemble, Le jargon des sciences, Hermann, 1966

D. Nordon, Les mathématiques pures n'existent pas!, Actes Sud, 1981, rééd. 1993 ; chapitre "Donner un sens plus pur aux mots de la tribu?"

R. Queneau, Bâtons, chiffres et lettres, Gallimard, 1965, Dans Vivre et philosopher (P.U.F., 1992), Marcel Conche remarque que, à la différence des allemands, les philosophes français, plutôt que de créer des mots nouveaux, préfèrent "enrichir les mots du langage commun de significations nouvelles".

Sur le rapprochement entre science et littérature, voir par exemple : H. Field, Realism, Mathematics and Modality, Basil Blackwell, Oxford, U.K., 1989

D. Locke, Science as Writing, Yale University Press, U.S.A., 1992

L'idée que, comme la littérature, les mathématiques racontent des histoires se trouve dans H. Field. Et également dans Y. I. Manin, "Mathematics as Metaphor", Proceedings of the International Congress of Mathematicians, Kyoto, Japan, 1990, p. 1665-1671

La conception des mathématiques comme métaphore est seulement esquissée par le bref article de Manin, qui n'examine pas de quoi les mathématiques seraient métaphore. Donner un critère de démarcation entre le discours mathématique et celui de la fiction littéraire n'est pas si facile qu'on pourrait croire ; voir à ce sujet : J. Dubucs et M. Dubucs, "La couleur des preuves", à paraître.

Des vues très libres et souvent stimulantes sur les mathématiques sont exprimées par R. W. Hamming, "The Unreasonable Effectiveness of Mathematics", Amer. Math. Monthly, Vol. 87, 1, 1980.