Arkhipoff, Oleg
A propos d'un bicentenaire : Lavoisier. De la richesse territoriale du royaume de France
Journal de la société française de statistique, Tome 131 (1990) no. 1 , p. 37-55
URL stable : http://www.numdam.org/item?id=JSFS_1990__131_1_37_0

Bibliographie

1. Lavoisier : De la richesse territoriale du royaume de France ; Texte et documents présentés par Jean-Claude Perrot - Editions du Comité des Travaux historiques et scientifiques, Paris 1988. La première réédition de la Richesse est celle de Roederer, 1795.

2. François Sellier : Un précurseur sans disciples : Lavoisier - Economie Appliquée, n° 4, 1948 (pp. 641 à 658).

3. François Dagognet : Tableaux et langages de la chimie - Coll. Science ouverte, Seuil, Paris 1969.

4. Lettre de Lavoisier à Bailly du 26 mars 1786.

5. P.E. Herbin : Statistique générale et particulière de la France et de ses colonies - tome I, Paris an XII (1803).

6. Pascal-Gaston Marietti : La Statistique générale en France - Rufisque, Imprimerie du Gouvernement, 1947. Réédité par les Presses Universitaires de France.

7. Jean-Claude Perrot : La comptabilité des entreprises agricoles dans l'économie physiocratique - Annales Economies, Sociétés et Civilisations, mai-juin 1978 (pp. 559 à 579).

8. Victor De Swarte : Essai sur l'histoire de la comptabilité publique en France - Journal de la Société de Statistique de Paris, lère série, tome 26, n° 8 (pp. 317 à 352). Le projet d'une Chambre impériale de comptabilité est de 1806.

9. Maurice Block : Traité théorique et pratique de statistique - Guillaumin, Paris 1886.

11. N.A. Kabloukov : Statistika - (5e édition), CSU, Moscou 1922.

12. William Playfair : Elémens de statistique - traduits par D.F. Donnant, Paris, an XI (1802). L'intérêt pour la statistique graphique ne disparaîtra pas fort heureusement : Moreau de Jonnès en parle favorablement. Plus tard, Emile Cheysson y consacrera tout un article dans le Journal de la Statistique de Paris (année 1878, pp. 323 à 333) : il est vrai qu'il était lui-même cartographe et spécialiste de cette sorte de statistique au Ministère des travaux publics. Enfin, l'idée de la statistique graphique apparaît chez A.F.W. Crome ( 1783).

13. Alexandre Moreau De Jonnès : Eléments de statistique... - 2e édition, Guillaumin, Paris 1856.

14. Alfred De Foville : La France économique, statistique raisonnée et comparative... - Armand Colin, Paris 1887.

16. V. John : Geschichte der Statistik... (erster Teil) - Stuttgart 1884 (p. 141).

August Meitzen : Geschichte, Theorie und Technik der Statistik (2e édition) -Stuttgart, Berlin 1903 (p. 26). Dans son Essai de l'an IX, Peuchet lui-même se classe dans ce courant, par la conception qu'il a de la statistique (définie p. 3) et par l'admiration qu'il manifeste aux statisticiens allemands (p. 4). Bien sûr, Peuchet se reconnaît surtout dans le statisticien-géographe Büsching (qu'il cite volontiers dans son Discours préliminaire de l'an XII). JFM 34.0274.01

18. A.A. Kaufmann : Statistitcheskaïa naouka v Rossii, teorïia i metodologïia 1806-1917 (rédigé en 1919) - C.S.U., Moscou 1922. Après un séjour en Suède (1758-59), pays en avance, à l'époque, du point de vue statistique, Schlôzer fut appelé par l'Académie de Saint-Pétersbourg, en tant qu'académicien adjoint et il obtint une chaire d'histoire (1761-69). Il fut consulté en 1763 pour l'établissement des formulaires d'état-civil (tenu alors par l'Eglise : tserkovnye zapissi). Cette influence de Schlôzer explique, peut-être, que le mot «statistique» soit venu en France en 1783 par un ouvrage traitant de la Russie. L'influence française était alors prédominante dans la société cultivée russe. Ainsi, on remarquera que les annuaires statistiques étaient rédigés en français jusqu'en 1926, année d'une profonde réorganisation de la statistique soviétique; mais cette particularité s'explique peut-être plus par les emprunts russes faits en France, à cette époque.

19. Marie-Odile Piquet-Marchal : Gregory King, précurseur de la comptabilité nationale - Revue Economique, 1965 (pp. 212-245). Les chiffres de King ont été contestés par Le Roy Ladurie, mais cela est un autre problème : Annales Economies, Sociétés, Civilisations, 1968 (pp. 1086-1102) : Les comptes fantastiques de Gregory King.

20. Journal de la Société de Statistique de Paris, tome 47, 1906 : Procès verbal de la séance du 17 octobre 1906 (p. 367).

21. Documents statistiques sur la France publiés par le Ministre du commerce, Imprimerie royale, Paris 1835. Certes, Peuchet peut être considéré comme un personnage emblématique. Mais c'est lui et non pas un autre qu'appela Chaptal au Conseil du commerce et des arts et le chargea de mission. Car Peuchet fut en son temps un statisticien particulièrement réputé, internationalement connu.

22. Michel Baud : Le bureau de la Balance du commerce (1781-1791) - Revue d'histoire économique et sociale, XLIIe volume, 1964, n° 3 (pp. 357 à 377).

23. E. Levasseur : L'organisation, les travaux et les publications de la statistique officielle en France - Journal de la Société de Statistique de Paris, n° 6, juin 1885, tome 26 (pp. 225 à 284). Levasseur voit dans le Bureau de la Balance, organisé en 1789 par Necker (selon lui), le premier essai d'organisation d'un service de statistique officielle.

24. Jacques Peuchet : Essai d'une statistique générale de la France - Testu, Paris, an IX. Voici le passage en question : «On doit à M. Necker des recherches instructives sur la Statistique des généralités. Il avait établi près de son ministère un bureau de renseignemens, qui depuis a été étendu à un grand nombre d'objets, et semble avoir été l'origine de celui connu aujourd'hui sous le nom de Bureau de la balance du commerce. Au moins un grand nombre d'attribution que M. Necker voulait donner à son bureau de renseignemens se trouvent-elles faire partie de celui de la balance du commerce» (p. 6). On voit qu'en 1801 (selon Peuchet) subsistait toujours un Bureau de la balance du Commerce : qu'avait-il de commun avec ses deux prédécesseurs d'avant 1789 ? On constate une fois de plus que l'inertie des bureaux et des organigrammes administratifs compliquent singulièrement la compréhension historique. L'Essai de l'an IX est la substance du rapport qu'adressa Peuchet à son ministre, à l'issue de sa mission.

25. Par contraste, on notera l'extrême réserve du propos de Gérard Klotz, au sujet de cet «Ouvrage», dans son Réforme fiscale, physiocratie et statistique : le cas Lavoisier (pp. 125 à 140 de Idées économiques sous la Révolution, 1789-1794, Jean-Michel Servet, - Presses Universitaire de Lyon).

26. Marie-Noëlle Bourguet : Déchiffrer la France ; la statistique départementale à l'époque napoléonienne - Editions des Archives Contemporaines, Paris 1988.

27. Dupont de Nemours, le duc de Liancourt, Lazowski imaginent déjà ce que voit Lavoisier, mais est-ce aussi nettement que ne le fait Lavoisier ? (Voir L'administration de l'agriculture au Contrôle général des finances; 1785-1787 - Henri Pigeonneau et Alfred De Foville; Guillaumin, Paris 1882). On rappellera, à ce propos, que c'est Lavoisier qui demanda à Gravier de Vergennes, par lettre du 17 juin 1785, d'admettre Dupont de Nemours au Comité d'Agriculture.