La représentation des plans multiples et le nombre maximum de points doubles d'une surface algébrique
Annales de l'Institut Fourier, Tome 2 (1950), p. 165-171
On utilise la forme limite de M. Chisini de la courbe de diramation d’un plan multiple pour trouver une limite inférieure du maximum de points doubles isolés que peuvent contenir soit une surface générale d’ordre n de S 3 , soit une surface d’ordre 2n dotée d’une conique n-uple.
@article{AIF_1950__2__165_0,
     author = {D'Orgeval, B.},
     title = {La repr\'esentation des plans multiples et le nombre maximum de points doubles d'une surface alg\'ebrique},
     journal = {Annales de l'Institut Fourier},
     publisher = {Institut Fourier},
     address = {Grenoble},
     volume = {2},
     year = {1950},
     pages = {165-171},
     doi = {10.5802/aif.28},
     zbl = {0045.10604},
     mrnumber = {13,272c},
     language = {fr},
     url = {http://www.numdam.org/item/AIF_1950__2__165_0}
}
D'Orgeval, B. La représentation des plans multiples et le nombre maximum de points doubles d'une surface algébrique. Annales de l'Institut Fourier, Tome 2 (1950) pp. 165-171. doi : 10.5802/aif.28. https://www.numdam.org/item/AIF_1950__2__165_0/