Recherche et téléchargement d’archives de revues mathématiques numérisées

 
 
  Table des matières de ce fascicule | Article précédent | Article suivant
Rauzy, Gérard
Suites partiellement récurrentes (applications à la répartition modulo 1 et aux propriétés arithmétiques des fonctions analytiques). Annales de l'institut Fourier, 16 no. 1 (1966), p. 159-234
Texte intégral djvu | pdf | Analyses MR 34 #161 | Zbl 0151.04501 | 1 citation dans Numdam

URL stable: http://www.numdam.org/item?id=AIF_1966__16_1_159_0

Voir cet article sur le site de l'éditeur

Résumé

À tout ensemble d'entiers positifs, on attache un nombre $\ge 1$, éventuellement infini nommé fréquence de cet ensemble et mesurant la longueur relative des tranches d'entiers consécutifs de cet ensemble. La notion de fréquence présente peu de rapport avec celle de densité et par exemple un ensemble et son complémentaire peuvent être tous deux de fréquence infinie.

Les deux principaux résultats sont alors les suivants :

1.- Soit $\theta >1$ algébrique. La condition nécessaire et suffisante pour qu'existe un ensemble $J$ de fréquence infinie et un nombre réel $\lambda \ne 0$ tels que :


\begin{displaymath}\overline{\rm lim}_{n\in J}\Vert\lambda \theta ^n\Vert = 0\end{displaymath}

(où $\Vert x\Vert =\vert
x-k\vert$, $k$ étant l'entier le plus voisin de $x$) est que $\theta $ soit un entier algébrique dont tous les conjugués sont à l'intérieur ou sur le cercle unité.

2.- Soit $f$ une fonction entière de type exponentiel telle que :

\begin{displaymath}\overline{\rm lim}_{\vert
z\vert\to\infty}{1\over\vert x\vert } \,{\rm Log}\vert f(z)\vert <\; {\rm Log}\, 2,\end{displaymath}

si $f(n)$ est entier quand $n$ parcourt un ensemble de fréquence infinie, alors $f$ est un polynôme.

Le premier résultat donne une caractérisation commune des nombres de Pisot et de Salem. Sa réciproque délicate à établir dans le dernier cas montre en outre que l'on peut toujours construire un ensemble $J$ tel que l'ensemble des $\lambda
$ correspondants ait la puissance du continu, bien que de mesure de Lebesgue nulle. Si $\theta $ est un nombre de Salem, une application presque directe du théorème de Roth montre en outre que les $\lambda
$ en question sont transcendants.

Bibliographie

[1] L. BIEBERBACH, Analytische Fortsetzung, Springer Verlag (1955), 69, ch. 3.  Zbl 0064.06902
[2] E. BOREL, Sur une application d'un théorème de M. Hadamard, Bull. Sci. math. (2), 18, (1894), 22-25.  JFM 25.0705.01
[3] S. LANG, Diophantine Geometry, Interscience publishers, ch. 6, 91-119.  Zbl 0115.38701
[4] A. OSTROWSKI, On the representation of analytic functions by power series, J. London Math. Soc. (1), (1926), 251-263.  JFM 52.0292.01
[5] C. PISOT, La répartition modulo 1 et les nombres algébriques, Ann. Sc. Norm. Sup., Pisa, série 2, t. 7 (1938), 205-248.
Numdam |  Zbl 0019.15502 |  JFM 64.0994.01
[6] C. PISOT, Sur les fonctions analytiques arithmétiques à croissance exponentielle, C. R. Acad. Sci., Paris, 222 (1946), 988-990.  MR 8,23d |  Zbl 0060.21501
[7] G. POLYA, Ueber ganze ganzwertige Funktionen, Nachr. Ges. Wiss. Göttingen Math. Phys. Kl. (1920), 1-10.
Article |  JFM 47.0299.02
[8] G. POLYA, Ueber gewisse notwendige Determinantenkriterien für die Fortsetzbarkeit einer Potenzreihe, Math. Annal., 99 (1928), 687-706.  JFM 54.0340.07
[9] G. RAUZY, Répartition modulo 1 pour des suites partielles d'entiers-développements en série de Taylor donnés sur des suites partielles, C. R., 258 (1964), 4881-4884.  MR 29 #59 |  Zbl 0128.27306
[10] G. RAUZY, Relations de récurrence mod. m., Séminaire Delange Pisot, Théorie des nombres (1963).
Numdam |  Zbl 0244.10007
[11] R. SALEM, Power series with integral coefficients, Duke Math. journal (1945), 153-172.
Article |  MR 6,206b |  Zbl 0060.21601
[12] R. SALEM, Algebraic numbers and Fourier analysis, H.M.M., Boston (1961), 32.
Copyright Cellule MathDoc 2014 | Crédit | Plan du site